Questions / réponses

Questions / réponses

Pourquoi la gratuité ?

En France, le principe de gratuité s’applique à tout don d’éléments du corps humain. Ce principe permet d’éviter les risques de trafic et de marchandisation du corps.
Ainsi toute rémunération en contrepartie du don de spermatozoïdes est interdite par la loi française. Il s’agit d’un acte de générosité, désintéressé, qu’un homme ou un couple fait pour aider un autre couple qui en a besoin.

 

Pourquoi l’anonymat ?

L’anonymat est l’un des grands principes de la loi de bioéthique de 2004, modifiée en 2011, en ce qui concerne le don de tout élément du corps humain. Il permet d’éviter des pressions éventuelles, financières ou psychologiques, de la part du donneur ou du couple receveur. Ce principe facilite aussi l’accueil de ce don par le couple qui le reçoit.

 

Le donneur aura-t-il une place dans la vie de l’enfant à naître ?

Non. La loi française impose qu’aucun lien n’existe entre le donneur de spermatozoïdes et l’enfant né de son don. Aucune filiation ne pourra être établie entre eux. Les parents de l’enfant sont ceux qui l’ont désiré et qui l’élèvent en lui transmettant leur amour, leurs valeurs et leur histoire familiale. Par ailleurs, en règle générale, les donneurs accordent plus d’importance au geste de don comme acte de solidarité, qu’à l’objet du don (les spermatozoïdes).

 

Combien d’enfants peuvent naître d’un seul et même donneur ?

La loi limite le nombre de naissances issues du don de spermatozoïdes d’un seul et même donneur. Les probabilités de consanguinité pour les générations futures sont donc statistiquement infimes.

 

Quels sont les examens effectués au moment du don de spermatozoïdes ?

Avant le don, le donneur rencontre le médecin du centre médical et l’informe de son état de santé et de ses antécédents personnels et familiaux.
Sont également réalisés :

  • la détermination de son groupe sanguin Rhésus,
  • des tests sérologiques (tels que hépatites, VIH…),
  • une étude génétique.

Dans un deuxième temps, après chaque recueil, le sperme est contrôlé afin de vérifier les caractéristiques des spermatozoïdes et l’absence d’infection.
Enfin, 6 mois minimum après le dernier recueil de sperme, des tests sérologiques sont à nouveau réalisés avant l’utilisation des spermatozoïdes pour des couples receveurs.

 

Pourquoi le don de spermatozoïdes s’effectue-t-il en plusieurs étapes ?

Le premier recueil permet de vérifier les caractéristiques des spermatozoïdes et de réaliser un test de congélation : les spermatozoïdes recueillis sont congelés puis transférés dans l’azote liquide à une température de -196°C. Quelques spermatozoïdes sont ensuite décongelés afin d’apprécier leur tolérance au processus de congélation. Ces premières analyses permettent de déterminer le nombre de recueils suivants à effectuer.

 

[mise à jour : novembre 2014]