Si une maladie génétique grave est diagnostiquée chez le donneur, il est important que la ou les personnes nées de son don (ou les parents des mineurs) en soient informés, et inversement. Sans rompre l’anonymat du don, l’information doit être transmise d’une famille à une autre, dans le but d’accompagner et de prendre en charge, voire de mettre en place un traitement si besoin.

Ainsi, le donneur s’engage à signaler la survenue d’une maladie génétique au centre de don.