Cette question peut être abordée par les potentiels futurs parents en consultation avec les professionnels du centre de don. La loi incite les membres du couple ou la femme célibataire « à anticiper et à créer les conditions qui leur permettront d’informer l’enfant, avant sa majorité, de ce qu’il est issu d’un don ».